Attention: le contenu des messages reflète la situation appliquée comme au moment de sa publication. Il est donc possible que certains messages aient entre-temps vieilli.

Près d'1 conducteur sur 4 ne sait pas ce qu’est le principe de la tirette

on .

Ce principe de courtoisie fête pourtant son 2e anniversaire aujourd’hui

Depuis le 1er mars 2014, le principe de la fermeture éclair (ou tirette) est imposé aux endroits où une bande de circulation est interrompue. Une enquête de l’IBSR montre que si plus de 9 conducteurs sur 10 en ont déjà entendu parler, près d'1 sur 4 ne sait pas exactement en quoi il consiste. Bref, un gros travail d'informa-tion reste nécessaire pour que ce système soit pleinement efficace.

Nouvelle enquête

Une grande popularité...

Une enquête menée par l’IBSR auprès d’un échantillon représentatif des conducteurs belges montre que deux ans après l'introduction du principe de la tirette, une grande majorité d'entre eux en ont entendu parler: plus de 91 % au total. Il est toutefois davantage connu en Flandre (98%) qu'en Wallonie (83%) et à Bruxelles (79%).

… mais pas toujours une bonne application

Par contre, seuls 77 % des conducteurs sont capables de dire exactement en quoi il consiste. Deux ans après son introduction dans le code de la route, cela signifie donc que près d'1 conducteur sur 4 ne sait toujours pas l'appliquer correctement. D'ailleurs, 69% des conduc-teurs observent au moins toutes les semaines d'autres personnes qui le mettent en pratique de manière fautive. Et plus de 61 % d'entre eux sont irrités dans un tel cas de figure.

Un système jugé efficace, surtout en Flandre

87% des conducteurs sont aujourd'hui favorables à ce système qui a donc séduit une majori-té d'entre eux. 79% le jugent d'ailleurs efficace. Par contre, son utilité est davantage remise en cause en Wallonie (seuls 65% l'estiment efficace) qu'en Flandre (86%) et à Bruxelles (85%).

Un système souvent utile dans la pratique

35 % des conducteurs l'appliquent tous les jours et 32 % toutes les semaines, preuve de son importance pour fluidifier la circulation aux endroits où la voirie est rétrécie. En revanche, 9% ne l'appliquent jamais, sans que l'on sache si c'est par pure opposition ou parce qu'ils ne rencontrent jamais de situation où il est pourrait être adopté.

Rappel du principe

Le principe de la tirette est imposé aux endroits où une bande de circulation est interrompue (sur toutes les routes dont deux bandes de circulation au moins sont affectées à un même sens de circulation). Le conducteur doit continuer de rouler sur sa bande de circulation jusqu’au rétrécissement pour ensuite s’intercaler sur la bande de circulation contigüe où la circulation se poursuit. Les conducteurs se trouvant sur cette bande doivent laisser tour à tour un conducteur s’insérer.

Le mécanisme de la tirette est une règle générale qui ne nécessite pas de signalisation pour être applicable. Soulignons qu'en vertu de l'art. 12.4, le fait de changer de file ou de bande en application du principe de la tirette n'est PAS considéré comme une manoeuvre.

Qui commence ?

Le conducteur qui circule sur la bande libre doit, en premier, laisser s’intercaler un conduc-teur. A la suite de quoi, le conducteur qui le suit sur la bande libre doit, à son tour, faire de même.

Ce principe est-il applicable pour tout le monde ?

Oui, il est d’application pour tous les conducteurs, quel que soit le type de véhicule et donc aussi pour les motos, camions, camionnettes, trains de véhicules...

S'applique-t-il quand on monte sur l'autoroute ?

Non, lorsqu’on accède à une autoroute, il faut toujours céder le passage aux conducteurs qui s’y trouvent déjà. Les signaux (en l'occurrence ici, le "cédez le passage") prévalent toujours sur les règles générales, même en cas de circulation fortement ralentie.

Conclusion

Deux ans après son entrée en vigueur, une majorité de conducteurs ont entendu parler du système de la tirette, mais certains d'entre eux ne savent pas encore l'appliquer. Selon la Ministre de la Mobilité, "les conducteurs qui ne l'appliquent pas correctement ne le font pas nécessairement par mauvaise volonté, mais plutôt par méconnaissance des règles, d'où la nécessité de les rappeler. Soulignons que ce principe est basé avant tout sur la courtoisie et permet d'utiliser la capacité maximale de la route en cas de rétrécissement. Tout le monde peut donc y gagner en le mettant correctement en application".

Ce que dit exactement le code de la route ?

Le principe de la fermeture éclair est défini dans l'article 12bis du code de la route: "Les conducteurs qui, lorsque la circulation est fortement ralentie, circulent sur une bande de circulation qui prend fin ou sur laquelle la circulation est interrompue, peuvent s’intercaler sur la bande libre adjacente seulement juste devant le rétrécissement. Les conducteurs qui circulent sur cette bande libre, doivent céder tour à tour, juste devant le rétrécissement, la priorité à un conducteur qui s’intercale; si la circulation est interrompue aussi bien sur la bande de gauche que sur celle de droite, la priorité doit être cédée à un conducteur qui se trouve sur la bande de droite et ensuite à un conducteur qui se trouve sur la bande de gauche."